Mes finances 10 min

Comment épargner pour la retraite quand on est jeune?

Pourrez-vous avoir le style de vie que vous désirez à la retraite? Sachez qu'il est possible d'épargner sans se priver! L'important, c'est de commencer maintenant.

Par Fonds de solidarité FTQ

La retraite, c'est une étape de la vie que l'on se doit de planifier dès aujourd'hui! Vous avez entre 18 et 34 ans? Peut-être avez-vous une vision de la retraite selon laquelle vous devez travailler toute votre vie pour ensuite profiter de votre temps libre pour réaliser des projets personnels, comme l'ont probablement fait vos parents. Or, votre retraite sera différente de la leur, certes, mais elle est tout aussi accessible si vous la planifiez. Elle peut être de durée et de style différents; il suffit de la préparer. Les gouvernements participeront en partie à vos revenus de retraite, mais vous devrez miser principalement sur votre épargne personnelle, incluant un régime de retraite, pour répondre à vos besoins et vos envies pour le futur.

Trouver un équilibre entre profiter de son argent aujourd'hui en réalisant des projets et planifier sa retraite n'est pas facile. C'est le défi de plusieurs! Mais épargner pour le futur ne veut pas dire qu'il faut se priver pour autant. Voici un portrait de ce qui vous attend entre aujourd'hui et la retraite.

Voir la retraite autrement

Vous n'êtes pas seul à vous questionner sur la retraite et à remettre en question son modèle actuel. Par exemple, de plus en plus de travailleurs québécois optent pour une retraite progressive. Cela leur permet de continuer à toucher un revenu et d'occuper leur temps comme bon leur semble tout en préparant en douceur le passage vers une nouvelle étape de leur vie. D'ailleurs, selon le sondage annuel de Retraite Québec de 2018, 51 % des Québécois de 25 à 64 ans affirmaient penser prendre leur retraite après 65 ans, alors qu'ils n'étaient que 30 % à l'affirmer en 2003.

Pour Bénédicte, 30 ans et salariée, il n'y a aucun doute, la retraite comme l'entendent ses parents, ça n'existera plus. « J'ai de la difficulté à imaginer comment je pourrais ne rien faire d'autre que de travailler pour arriver à la retraite et tout faire rendue là, ça ne m'intéresse pas! » De nombreux milléniaux croient ainsi qu'ils devront travailler toute leur vie. Pour elle, ce n'est pas pour autant négatif! « Vu que j'aime mon job, je peux m'imaginer travailler toute ma vie. Je me vois avoir plusieurs vies dans ma vie; changer de travail ou de carrière, retourner aux études, entreprendre des projets qui me passionnent, etc. Je veux continuer d'avoir du fun jusqu'à ce que je n'aie plus les capacités de travailler. Et rendu là, ce sera une nouvelle phase de ma vie, mais pas la fin. »

De son côté, Olivier, 28 ans et travailleur autonome, ne pense simplement pas à la retraite. Il préfère se concentrer sur le développement de sa carrière et de ses compétences et sur ce qu'il aime faire. « Il ne faut pas qu'épargner soit une pression ou un objectif; c'est plutôt un moyen de réaliser mes projets. Oui, la retraite fait partie des étapes de la vie à prévoir et à planifier, mais il faut aussi profiter du moment présent », confie-t-il.

Il ne faut toutefois pas généraliser pour autant. D'autres jeunes sont plutôt d'avis qu'ils pourront mettre leur travail de côté et partir à la retraite. C'est le cas de Louisa, 29 ans et salariée, qui ne croit pas – ni ne souhaite – devoir travailler toute sa vie. « J'ai envie d'être réactive tout de suite face à ma situation financière et me donner les moyens d'avoir une belle retraite. Je n'aurai peut-être pas une retraite dorée, mais j'aurai de vieux jours à la hauteur de mes épargnes! » C'est pourquoi elle est consciente que plus elle commence à épargner tôt, plus ce sera facile d'y arriver. Pour elle, l'épargne est simplement essentielle.

Épargner sans se priver

Les milléniaux sont conscients qu'ils doivent épargner pour plus tard. D'ailleurs, seulement 15 % des 18-34 ans voient l'épargne comme un synonyme de devoir se priver, alors que 57 % d'entre eux la voient comme synonyme de préparer le futur*. Or, le futur, ce n'est pas nécessairement la retraite.

Bien qu'il soit facile pour Olivier d'épargner, il le fait dans une optique de court ou de moyen terme. « Une partie de mon épargne sert à couvrir les imprévus et une autre partie sert plutôt à des projets futurs, comme des voyages. Je me concentre plus là-dessus que sur mon futur, mais je sais que je dois m'y attarder davantage! »

Louisa est plutôt novice face à l'épargne, mais en voit déjà les bénéfices : « J'ai longtemps dépensé sans compter, et ça m'a occasionné beaucoup de dettes inutiles. Quand je me suis mise à mettre de l'argent de côté, je me suis rendu compte à quel point ça se faisait facilement et naturellement, surtout grâce à l'épargne automatique. Ma vision de l'épargne, c'est carrément de me donner les moyens de réaliser mes projets, à court ou à long terme. »

« Si épargner était synonyme de me priver, je ne le ferais pas, avoue Bénédicte. Pour moi, c'est ça la plus grande différence : je ne vais pas me priver aujourd'hui dans l'espoir d'avoir une retraite dorée un jour. Tu ne sais jamais ce qui peut arriver, aussi bien en profiter maintenant. Pour moi, le fait d'épargner juste pour le futur revient à mettre tous ses oeufs dans le même panier. » Elle est toutefois consciente qu'elle fait un bon salaire et qu'elle a le « luxe » d'avoir cette vision. « Si je n'arrivais pas à mettre de l'argent de côté aujourd'hui, je sais que ce serait un problème. Mais je ne veux pas non plus faire de l'argent pour faire de l'argent. »

Financer sa retraite

L'épargne personnelle

Les experts s'entendent pour dire que pour les premières années de votre retraite, il vous faudra 70 % de votre revenu annuel brut moyen des trois dernières années de travail, et 50 % par la suite. Cela veut dire que si votre salaire annuel brut était de 50 000 $ dans vos dernières années de travail, il vous faudrait un revenu annuel brut de 35 000 $ une fois à la retraite, soit 70 % de votre revenu avant la retraite.

Concrètement, les Québécois, peu importe leur âge, estiment en moyenne qu'ils doivent épargner 721 000 $ au total en prévision de leur retraite. Pour les 25-34 ans, ce montant s'élève plutôt à 821 000 $*, soit 100 000 $ de plus que la moyenne de la population.

Est-ce que les milléniaux voient plus grand que leurs prédécesseurs? Pour Bénédicte, il s'agit plutôt d'être réaliste : « Je me demande vraiment si ça ne sera pas plus que ça pour notre génération. C'est énormément d'argent, mais c'est aussi beaucoup de temps pour y arriver. »

Pour y arriver, justement, l'épargne personnelle ou collective est très importante. Il existe d'ailleurs différents véhicules : les placements enregistrés tels que le régime enregistré d'épargne-retraite (REER) et le compte d'épargne libre d'impôt (CELI) qui permettent de mettre de l'argent de côté à l'abri de l'impôt. Certains employeurs offrent aussi des régimes d'épargne comme le REER collectif ou encore le régime volontaire d'épargne-retraite (RVER). Ce n'est toutefois pas le cas pour environ la moitié des Québécois.

$name

L'apport des gouvernements

Le gouvernement du Québec a mis en place le Régime des rentes du Québec (RRQ) pour soutenir les travailleurs une fois qu'ils prennent leur retraite. Il faut toutefois que vous ayez cotisé au régime pendant au moins un an pour avoir droit à des prestations dès l'âge de 60 ans. Les sommes versées par le RRQ sont calculées selon le salaire annuel et le nombre d'années de cotisation. En 2024, la rente mensuelle maximale, pour une personne qui prend sa rente de retraite à 65 ans afin de recevoir la valeur totale de sa rente, est de 1 364,60 $.Toutefois, très peu de gens ont droit au montant maximal.

Le gouvernement fédéral verse, lui aussi, une prestation mensuelle à toutes les personnes de 65 ans et plus vivant légalement au Canada depuis au moins 10 ans, qu'elles aient déjà travaillé ou non. Il s'agit de la pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV), et le montant est déterminé en fonction du nombre d'années durant lesquelles vous avez vécu au Canada après l'âge de 18 ans. Toujours à titre indicatif, le montant maximal mensuel est de 713,24 $Attention, ce lien ouvrira un nouvel onglet. en 2024, mais le montant de la prestation varie d'un Canadien à l'autre.

Si vous êtes célibataire, que vous recevez la PSV et la rente du RRQ et que votre revenu annuel est faible (maximum de 21 624 $ en 2024, sans compter l'apport de la PSV), vous avez aussi droit au Supplément de revenu garanti (SRG). En 2024, la prestation mensuelle maximale pour une personne célibataire est de 1 065,47 $Attention, ce lien ouvrira un nouvel onglet.. Le montant accordé varie selon votre revenu et votre état matrimonial.

Vous pourriez aussi recevoir l'AllocationAttention, ce lien ouvrira un nouvel onglet. si vous êtes âgé de 60 à 64 ans, que votre partenaire, époux ou conjoint de fait reçoit la PSV et le SRG et que votre revenu combiné est au maximum de 39 984 $ en 2024. Par exemple, en 2024, la prestation maximale mensuelle est de 1 354,69 $Attention, ce lien ouvrira un nouvel onglet.

Que ce soit pour voyager, aller au restaurant, acheter une propriété ou adopter un chien, la plupart des jeunes aujourd'hui semblent prêts à épargner. Ce sont des projets concrets auxquels ils croient. Or, bien que la retraite soit un projet intangible pour plusieurs, elle en est un de taille et il est plus important que jamais d'épargner maintenant pour plus tard.

L'important, peu importe le montant, est de commencer à mettre de l'argent de côté dès que vous le pouvez. N'hésitez pas à vous faire un budget, à miser sur l'épargne automatique** ou à consulter un planificateur financier pour vous y aider.

Passion épargne : des cours pour apprendre à aimer l'épargne

Comprendre ses finances personnelles est à la portée de tous! C'est pourquoi on vous propose une série de cinq cours en format vidéo sur différents sujets, dont les intérêts composés, le budget, les véhicules d'épargne et les produits d'investissement.

Commencer les cours
Notes légales
*Du 6 au 14 novembre 2017, le Fonds de solidarité FTQ a mené, en partenariat avec Léger, un sondage Web auprès de 1 506 Québécois de 18 ans et plus. Télécharger les résultats (PDF 743 Ko).
**Veuillez lire le prospectus avant d'acheter des actions du Fonds de solidarité FTQ. Vous pouvez vous procurer un exemplaire du prospectus sur le site Web fondsftq.com, auprès d'un responsable local ou aux bureaux du Fonds de solidarité FTQ. Les actions du Fonds de solidarité FTQ ne sont pas garanties, leur valeur fluctue et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement dans l'avenir.
Prospectus_FR (928 ko)

Cet article a-t-il été utile ?