Par Fonds de solidarité FTQ

Fonds de solidarité FTQ

Développement durable. Ces deux mots vous sont certainement familiers, mais que veulent-ils réellement dire? Le développement durable est un développement qui répond aux besoins présents sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs, et ce, tant sur le plan économique que social et environnemental.

Laissez-vous inspirer par les pratiques novatrices qui ont vu le jour ces dernières années grâce à des organismes, à des entreprises et à des gens qui font preuve d'originalité lorsque vient le temps de transformer un déchet en quelque chose de totalement inattendu, mais de tellement pratique! De belles façons de diminuer les répercussions de l’activité économique sur l’environnement.

1. Transformer les déchets en alcool

Plutôt que de laisser les matières résiduelles non recyclables terminer leur vie au dépotoir, certaines entreprises ont inventé des procédés ingénieux pour les convertir en éthanol et en méthanol. Ces produits sont ensuite transformés en biocarburants, ce qui permet de réduire la dépendance à l'extraction d'énergies fossiles telles que le pétrole, le gaz naturel et le charbon, tout en réduisant les gaz à effet de serre. Il faut savoir que les énergies fossiles, en brûlant, dégagent beaucoup de particules qui polluent l'atmosphère et que leur quantité est limitée. D'où l'importance de trouver des solutions de rechange.

Une expression anglaise dit : « One man's trash is another man's treasure. » Cela pourrait se traduire ainsi : « Les déchets d'une personne sont le trésor d'une autre. » Jusqu'à tout récemment, nous n'aurions pas pu dire que le trésor en question, c'était du biocarburant.

2. Fabriquer des vêtements avec du plastique

Les déchets en plastique sont parmi les plus néfastes pour l'environnement. Le plastique ayant des propriétés très résistantes, il met plus de 400 ans à se dégrader. Les chercheurs ont toutefois réussi à mettre au point des techniques permettant de transformer des bouteilles de plastique et des filets de pêche en matière textile utile dans la confection de vêtements sportifs. Ce matériel, reconnu pour être durable et respirant, fait son chemin auprès des manufacturiers de vêtements. Écologique et performant, que demander de plus?

3. Trinquer, une bouteille de bière en verre recyclé à la main

La prochaine fois que vous servirez une bière à vos invités, sachez qu'en plus de leur faire plaisir, vous rendrez peut-être service à la planète. Au Québec, l'ensemble des contenants de verre consignés qui sont rapportés à leur lieu de vente sont nettoyés avec soin avant d'être réutilisés une ou plusieurs fois selon leur état. Et cela est vrai pour les bouteilles de bière, les bouteilles de kombucha, certaines bouteilles de sirop d'érable, etc.

Quant aux bouteilles de plastique à usage unique, la Ville de Montréal les bannira peu à peu. Même si cette interdiction ne s'étend pas à tout le Québec, c'est un exemple à suivre.

4. Maximiser l'utilisation des toits urbains

Depuis quelques années, des initiatives voient le jour pour utiliser le plein potentiel des espaces urbains : des projets de culture sur les toits de supermarchés et d'immeubles de bureaux ont ainsi été réalisés, de même que l'installation de ruches qui favorisent la pollinisation des arbres et des végétaux à proximité. Certaines villes poussent même l'audace jusqu'à entamer des projets d'écopâturage en amenant des moutons dans des parcs. Autant de façons de favoriser la biodiversité en faisant une place plus grande aux plantes, aux insectes et aux animaux.

Le Fonds de solidarité FTQ a d'ailleurs décidé de plonger dans l'aventure en prenant soin de quatre ruches installées sur le toit de son siège social. Le miel récolté, représentant 550 petits pots, s'est vendu en quelques heures seulement. Le produit de la vente a permis de participer au projet de développement durable d'une école du quartier Villeray.

Cela fait du bien de voir que des organismes et des gens d'ici travaillent fort pour valoriser les matières résiduelles à leur façon, en donnant une deuxième vie à nos déchets. Et il est tout aussi encourageant de savoir que chacun peut contribuer au développement durable, à sa mesure et à sa façon, en gardant en tête les « 3R », c'est-à-dire réduire, réutiliser et recycler.

Cet article a-t-il été utile ?