Le défi #trashtag ou profiter des médias sociaux pour conscientiser

Une nouvelle tendance a fait son apparition dans les médias sociaux en mars dernier : le défi #trashtag. Le concept est très simple et consiste à encourager les gens à nettoyer un lieu jonché de déchets, en publiant les photos « avant » et « après » dans les réseaux sociaux. Un défi à la fois environnemental et inspirant qui fait du bien à voir!

La petite histoire du défi #trashtag

Le 5 mars dernier, Byron Romãn, un Américain résidant en Arizona, a décidé de proposer une activité hors du commun aux adolescents qui ne sauraient comment occuper leur temps : et s’ils dénichaient un coin de leur quartier envahi de détritus qui nécessite un grand ménage, le nettoyaient et partageaient le fruit de leurs efforts dans les médias sociaux?

Les terrains vagues recouverts d'immondices ne sont tristement pas difficiles à trouver, surtout au printemps. La quantité d'ordures qui se trouvent sous la neige peut faire peine à voir. De plus, ces déchets peuvent être nocifs pour la faune en cas d'ingestion.

D'ailleurs, triste fait, le Canada a été couronné à l’automne 2018 comme étant le pays produisant le plus de déchets par habitant parmi les 36 pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). En 2014, près d’une tonne de détritus a été produite par Canadien! Le défi #trashtag peut donc contribuer à sensibiliser les gens sur l'importance de se débarrasser des déchets de manière responsable et sur le devoir individuel et collectif en matière de réduction des déchets. En privilégiant l'achat responsable, en consommant mieux, on peut réduire l'empreinte environnementale. Ce défi nous fait aussi prendre conscience que les déchets ne sont pas tous traités adéquatement : une partie de ceux-ci se retrouvent dans l'environnement, dans votre quartier ou près de votre lieu de travail... Un argument de plus pour la réduction des déchets à la source!

Réduire la production de déchets à la source

Évidemment, les entreprises ont leur part de responsabilité dans la production des déchets. Nous devons collectivement favoriser des options qui tendent vers leur réduction et individuellement encourager les organisations qui contribuent à améliorer les choses.

Certaines initiatives marquent déjà les esprits, dont celle de l'Union européenne qui a annoncé qu'elle interdira le plastique à usage unique (ustensiles et assiettes en plastique, cotons-tiges, etc.) dès 2021. Plus près de chez nous, en s'appuyant sur le principe d'utilisateur-payeur, la municipalité de Beaconsfield a instauré en 2016 une tarification variable selon la taille des bacs à déchets résidentiels et la fréquence à laquelle ils sont ramassés. Des commerçants indépendants du quartier Villeray à Montréal ont mis en place un système de tasses à café réutilisables consignées, et le réseau La tasse s'étend maintenant à l'ensemble du Québec. Enfin, les épiceries Metro ont annoncé que leurs clients pourront dorénavant utiliser leurs contenants réutilisables et leurs sacs à glissière pour l'achat de produits frais.

Ces initiatives ont été mises en place parce que la population les a réclamées. Si vous voulez réduire votre empreinte environnementale et tendre vers le zéro déchet, voici quelques trucs pour vous aider.

Mettre toutes les chances de votre côté, en 5 conseils

Le défi #trashtag reste une belle façon de poser un geste concret pour l'environnement et c'est encore plus amusant de le faire avec vos amis, vos collègues ou même en famille! Justement, voici nos 5 conseils pour maximiser l'impact d'un tel défi :

  1. Rassemblez plusieurs personnes, votre défi aura ainsi plus de répercussions.
  2. Choisissez un lieu à nettoyer dans votre quartier ou près de votre lieu de travail pour voir l'incidence de votre geste au quotidien.
  3. Munissez-vous de gants et voyez s'il y a déjà des sacs en plastique à l'endroit choisi pour ramasser tous les déchets. N'oubliez pas de prendre une photo « avant »!
  4. Ramassez tous les déchets que vous voyez.
  5. Une fois le nettoyage terminé, prenez une photo de la zone nettoyée et partagez-la sur les médias sociaux en utilisant le mot-clic #trashtag. Parlez-en à votre entourage et mettez-le au défi!

Ce défi frappe l'imaginaire et plusieurs éléments positifs en découlent. Outre le fait qu'il permet d'assainir et de redonner vie à un espace pollué, il contribue à créer un effet de masse, une sensibilisation au niveau mondial. Le défi a toutefois ses limites. En effet, les rebuts domestiques sont traités comme des déchets et ne sont pas recyclés ou récupérés. En parallèle, si nous ne changeons pas nos comportements, les sites nettoyés dans le cadre du défi risquent d'être à nouveau souillés. Le défi #trashtag ne règle donc pas le problème à la source, mais c'est un pas dans la bonne direction!

Environnement