Comment faire plus d’argent sans augmentation de salaire ?

Avoir plus d'argent et d'économies sans avoir à tout couper, c'est possible ?

On souhaite tous avoir une augmentation à la fin de l’année. Ça n’arrive pas toujours. Parfois parce que c’est une indexation — un ajustement équivalent à l’inflation (ce qui, dans les faits, procure le même pouvoir d’achat sans consister en une augmentation). D’autres fois, c’est plutôt notre statut professionnel a changé ou que notre patron n’a tout simplement pas les moyens de nous en accorder une.

Dans tous les cas, il est possible de faire plus d’argent sans avoir un salaire plus élevé au travail. En gros, il y a deux avenues possibles : avoir plus de revenus ou diminuer ses dépenses. Et les deux sont moins compliquées qu’on peut le penser.

Comment avoir plus de sources de revenus ?

Il existe plusieurs façons de créer des sources de revenus qui ne dépendent pas de votre revenu d’emploi. Voici quelques façons de le faire assez rapidement.

Les programmes de remise en argent et de fidélité

On devra toujours faire certaines dépenses récurrentes : l’épicerie, l’essence, les vêtements, les médicaments, etc.

Pour plusieurs de ces types de dépenses, les détaillants offrent des bons de réduction, des points ou même une remise en argent lorsque vous êtes fidèles à leurs commerces.

Même si le retour n’est que de 1 % ou 2 %, si vous utilisez systématiquement les programmes de fidélité et de remise en argent, vous pourriez recevoir l’équivalent de quelques centaines de dollars à la fin de l’année pour des achats que vous auriez faits de toute façon.

Fait intéressant à noter, certaines entreprises comme eBates ou Great Canadian Rebates vous offrent une remise en argent sur les achats en ligne que vous faites chez tous les détaillants représentés. Ça vaut toujours le coup de vérifier si vous pouvez obtenir quelques dollars de rabais supplémentaires avant de procéder à votre achat.

Mais ne laissez pas vos points dormir. Selon un sondage effectué par Bond Brand Loyalty, les membres de programmes de fidélisation québécois laissent sommeiller l’équivalent de 629 $ dans les coffres des différentes compagnies. Vous préféreriez certainement avoir ces 629 $ de plus dans vos poches.

Être payé pour bloguer et recommander des produits

Mettons quelque chose au clair dès le départ : vous ne ferez pas fortune du jour au lendemain en bloguant.

Par contre, pour quelqu’un qui a une bonne plume et qui est constant dans la quantité et la qualité de ses publications, il y a, à terme, une réelle possibilité de tirer des revenus mensuels intéressants. Premier point de revenu : la publicité sur son blogue. Ce montant est influencé par le nombre de visites mensuelles sur son site. Lorsqu’on débute, Adsense est une des façons d’afficher de la publicité sur son site et de faire quelques dollars par mois en retour. Et on veut vraiment dire quelques dollars par mois. Mais même si ce n’est pas beaucoup, ça peut déjà couvrir le coût de l’hébergement.

Là où ça peut devenir intéressant financièrement pour un blogueur, c’est lorsqu’il a un volume de visites et une notoriété relativement élevée. Il sera alors possible de profiter d’un programme d’affiliation ou encore d’être payé pour produire du contenu commandité.

Un programme d’affiliation fonctionne de façon assez simple. D’abord, on doit s’enregistrer en tant qu’affilié auprès d’un détaillant en ligne. Ensuite, pour chaque vente référée au détaillant, on obtient un retour en argent ; un peu comme une commission, si vous voulez.

Par exemple, si vous êtes mordu de technologie et que vous écrivez des critiques sur les dernières composantes informatiques, vous pourriez être payé pour chaque vente de pièce que vous générez. L’important, pour conserver votre crédibilité auprès de votre lectorat, est de toujours être intègre et transparent dans votre contenu. Après tout, votre crédibilité est votre principal capital dans ce milieu.

De son côté, le contenu commandité est un peu comme la publicité, à la différence qu’il prend la forme d’un article de blogue et qu’il est commandé par une marque. Les bonnes pratiques veulent que les blogueurs divulguent le fait qu’ils obtiennent un produit gratuitement ou qu’ils sont payés pour présenter ce produit, question que le lecteur puisse se faire une opinion éclairée de l’offre qu’il se fait présenter.

Dans tous les cas, l’effort peut en valoir fortement la chandelle : les influenceurs les plus établis au Québec peuvent recevoir jusqu’à quelques milliers de dollars par collaboration.

Notez que nous avons illustré ici le cas d’un blogueur, mais que les mêmes grands principes s’appliquent pour les Instagrammeurs, Youtubeurs et autres influenceurs Web.

Louer une chambre dans sa maison

Si l’idée d’avoir un colocataire vous plaît et que vous avez une chambre de disponible, pourquoi ne pas la louer ? Si vous demandez quelques centaines de dollars par mois en guise de loyer, vous aurez quelques milliers de dollars de plus à la fin de l’année. Par exemple, 300 $ par mois vous donneront 3 600 $ de plus après un an.

Vous pourrez également fractionner vos dépenses récurrentes comme l’électricité ou les télécommunications.

Placer son argent dans un REER

Sans nécessairement « augmenter vos revenus » à court terme, un REER vous permet d’obtenir une économie d’impôt, en plus de faire fructifier votre argent à long terme. Par exemple, avec les intérêts composés, un montant de 1 500 $ dans un REER offrant un retour moyen de 5 % sur 30 ans aura plus que quadruplé pour atteindre environ 6 500 $ sans que vous ayez eu à faire d’efforts supplémentaires. Imaginez si vous investissez avec constance dans votre REER.

Diminuer ses dépenses, c’est plus facile qu’on le pense

Lorsqu’on parle de dépenses, on a souvent l’impression qu’on devra se priver. Ce n’est pas nécessairement le cas. Bien souvent, il s’agit seulement de revoir comment on utilise son argent. Voici quelques exemples qui peuvent vous guider.

Économiser 2 000 $ en un an sans vraiment changer ses habitudes

On pose des gestes qui influencent nos finances chaque jour. Quel produit est-ce que j’achète à l’épicerie ? Quel forfait télé est-ce que je choisis ? Je renouvelle mon assurance auto ou j’en magasine une nouvelle ?

Nous avons récemment publié une série de 13 gestes faciles à poser qui permettent d’épargner en moyenne plus de 2 000 $ en un an. Pas de privation, pas de coupure extrême — simplement des façons différentes de faire les choses. Jetez-y un coup d’œil, plusieurs bons trucs s’offrent à vous.

Et avouez que 2 000 $ de plus en un an, c’est tentant.

Tenir un budget, ce n’est pas toujours sexy, mais c’est payant

Il peut arriver qu’on ait seulement une idée approximative d’où va notre argent. Dans ce contexte, il est difficile de voir si notre budget fuit ou si on dépense plus qu’on ne le croyait sur certains éléments.

Ce n’est pas nécessairement mauvais de dépenser plus qu’on le croyait, mais il faut simplement être conscient des choix financiers qu’on pose et s’assurer qu’ils ne nous rattrapent pas plus tard.

Chose certaine, lorsqu’on connaît tous nos postes de dépense et combien on alloue à chacun d’entre eux par mois, il est plus facile d’ajuster le tir et de prévoir notre budget mensuel.

Il existe plusieurs moyens pour nous aider à faire un budget. Certains outils comme la calculatrice budgétaire du gouvernement du Canada, YNAB (You Need a Budget) ou encore les grilles budgétaires d’Option Consommateurs sont facilement accessibles et vous permettront de dresser un portrait global de votre situation financière. Dans le cadre de la réalisation d'un projet personnel, notre outil budgétaire vous accompagne en vous indiquant quelle somme épargner chaque mois, en fonction de vos entrées et sorties d'argent.

N’hésitez pas à les combiner avec des applications comme Mint. Celles-ci pourront vous donner un constat de vos dépenses réelles. Vous pourrez ensuite comparer avec votre budget pour confirmer si vous êtes sur la bonne voie et faire les ajustements requis.

Veuillez noter que certains de ces services sont disponibles en anglais seulement.

En conclusion

À vous de voir quelles sont les options à mettre en pratique qui vous semblent les plus naturelles. Dans tous les cas, simplement prendre des décisions financières et les respecter peut valoir un joli montant à la fin de l’année ; une somme que vous serez libre de dépenser ou d’investir comme bon vous semble.

Nous vous souhaitons de joyeuses économies et d’excellents nouveaux revenus !

Finances personnelles REER Trucs et astuces