Les Chantiers Chibougamau : une entreprise familiale chef de file dans la transformation du bois

Découvrez comment Les Chantiers Chibougamau sont devenus une entreprise importante pour les régions du Nord-du-Québec, de l'Abitibi-Témiscamingue et du Saguenay–Lac-St-Jean.

Par Fonds de solidarité FTQ

Fonds de solidarité FTQ

C'est en 1961 que Lucien Filion fonde Les Chantiers Chibougamau. Il emploie alors 5 travailleurs qui s'affairent à la transformation de l'épinette noire pour en faire du bois d'oeuvre destiné aux mines du Nord-du-Québec. Aujourd'hui, le président de l'entreprise peut compter sur ses enfants, ses petits-enfants et plus de 1 000 employés chevronnés pour faire rayonner leurs produits et leur savoir-faire partout en Amérique du Nord.

Partenaire du Fonds depuis 2011, l'entreprise a pu compter sur l'engagement de centaines de milliers d'épargnants afin d'assurer son développement. Cela lui a aussi permis de créer, de maintenir et de sauvegarder des centaines d'emplois dans plusieurs régions du Québec. On vous propose une rencontre avec Frédéric Verreault, directeur exécutif, développement corporatif au sein de l’entreprise Les Chantiers Chibougamau ltée, qui a connu une croissance importante et inspirante au cours des dernières années.

Les Chantiers Chibougamau en bref

  • Secteur d'activité : industrie forestière, transformation du bois
  • Offre : produits de bois d'oeuvre et de bois d'ingénierie
  • Date de fondation : 1961
  • Entreprise partenaire du Fonds depuis : 2011
  • Nombre total d'employés : plus de 1 000
  • Filiales : Nordic Structures, Foresterie Nordic, Nordic Kraft, Scierie Landrienne
  • Lieux d'opération : Nord-du-Québec, Abitibi-Témiscamingue et Montréal

Miser sur la diversification pour grandir

Bien que l'entreprise ait vu le jour en fournissant des poutres de bois massif aux mines de la région du Nord-du-Québec, elle s'est rapidement développée pour attaquer le marché de la construction résidentielle. « Au début, on avait une approche plus artisanale, mais avec l'ambition d'une approche industrielle », rappelle M. Verreault.

Les Chantiers Chibougamau se sont alors mis à produire et à distribuer du bois d'oeuvre principalement pour la construction de maisons neuves. Concrètement, ils transforment l'épinette noire en planches, en bois de colombage et en bois de colombage abouté. Pour vous donner une meilleure idée, sachez que 55 % de la production du bois d'oeuvre est composée de 2 po x 4 po!

Au cours de leurs premières années d'activité, plusieurs feux ont toutefois rasé l'usine, obligeant l'entreprise à tout recommencer. « Ça a forgé la résilience qui est encore très présente dans l'entreprise aujourd'hui, croit M. Verreault. On a développé cette faculté d'accepter les épreuves, de se relever et de miser sur des solutions. On a donc dû reconstruire l'usine qui nous a permis une première mécanisation et une industrialisation de nos procédés. »

La famille Filion a ensuite souhaité continuer la croissance de l'entreprise et diversifier ses activités. Au milieu des années 1990, c'est l'incursion dans l'univers du bois d'ingénierie qui débute. Au tournant du siècle, Les Chantiers Chibougamau créent la marque – Nordic Structures – avec la volonté d'être en contact direct avec les constructeurs tout en offrant des services techniques de pointe. Depuis, leur bois d'ingénierie a été choisi dans le cadre de grands projets de construction pour des ponts, des écoles, des salles de spectacle, des complexes sportifs et plus encore. C'est le cas par exemple de la SAQ du Marché Jean-Talon à Montréal, de la gare fluviale de Lévis ainsi que du pont de Mistissini et du Théâtre Gilles-Vigneault à Saint-Jérôme, qui ont d'ailleurs remporté plusieurs prix et mentions pour leur structure et leur conception.

« En 2005, on est passé à une étape supérieure. Nos grosses poutres de bois ont commencé à être utilisées dans des projets de construction, et en 2011, on a implanté une nouvelle catégorie de produits avec l'arrivée de nos panneaux en bois massif. C'est aussi à ce moment-là que le Fonds est arrivé. »

Bâtir une relation de confiance

« On a eu droit à un prêt, à l'époque, qui nous a permis d'apprendre à nous connaître, se souvient le directeur exécutif. Le Fonds nous a offert un petit financement pour commencer et on a pu voir qu'il existait une belle compatibilité entre nos deux organisations, nos deux cultures. » Le premier projet auquel le Fonds a contribué a favorisé la diversification des activités de l'entreprise en lui permettant de prendre le risque de développer un nouveau produit et d'acheter une autre usine qui s'est greffée à leur complexe de Chibougamau. Cela leur a aussi permis d'employer plus de résidents de la région.

Quelques années plus tard, le Fonds est devenu actionnaire dans Les Chantiers Chibougamau afin de permettre au groupe de consolider ses activités et ses acquis.

« Le Fonds a su gagner notre confiance et respecter notre style de gestion plus indépendant, même en s'associant à nous. Et c'est comme ça qu'on a eu une 2e et une 3e participation. Ceci n'est pas étranger au fait qu'on est parti de 600 employés en 2011 à plus de 1 000 aujourd'hui. »

En 2015, l'entreprise a procédé à l'acquisition de Scierie Landrienne, une autre scierie indépendante, de sorte qu'ils transforment désormais 8 % de la forêt publique de résineux du Québec.

Nombre d'emplois répartis sur leurs 4 sites d'activité

  • +600 à Chibougamau dans le Nord-du-Québec
  • +225 à Lebel-sur-Quévillon dans le Nord-du-Québec
  • +200 à Landrienne en Abitibi-Témiscamingue
  • +60 à Montréal

Les Chantiers Chibougamau ont aussi su créer une relation de confiance avec leur milieu. En 2020, ils estiment que leurs activités dans le Nord-du-Québec leur permettent d'injecter 40 M$ chaque année, directement dans l'économie de la région par l'entremise d'octrois de contrats et de sous-traitance. Dans la région de l'Abitibi-Témiscamingue, ce montant est évalué à 30 M$ annuellement, alors que c'est plus de 25 M$ au Saguenay–Lac-St-Jean. Et c'est sans compter leur masse salariale.

« À Chibougamau, il y a une personne sur quatre de la population active qui travaille dans l'entreprise. On est le plus important employeur de travailleurs et travailleuses qui habitent la région du Nord-du-Québec. On mise sur les talents d'ici », dit M. Verreault.

Tous les employés ont un réel respect pour leur environnement et pour la forêt. À Chibougamau, l'entreprise cohabite aussi avec trois communautés cries dans son périmètre immédiat. Il y a, selon Frédéric Verreault, une amitié et un respect qui sont naturels. D'ailleurs, il l'illustre ainsi : « Nos équipes qui réaménagent les forêts retournent aussi dans ces mêmes forêts le week-end pour faire des activités récréotouristiques. Ils sont aussi bien de bien faire ça s'ils veulent pouvoir en profiter! »

L'importance de la présence de l'entreprise dans le Nord-du-Québec, en Abitibi-Témiscamingue et au Saguenay–Lac-St-Jean est non seulement de nature économique, mais aussi sociale. Une réalité qui s'est rapidement fait ressentir avec l'arrivée de la COVID-19. « Avec le rôle qu'on a auprès des communautés où on est établi – des petites communautés avec des petites infrastructures de soins de santé – on a une immense responsabilité de s'assurer qu'il n'y a pas de contamination issue de nos opérations. Ça nous a mobilisés », partage M. Verreault. L'entreprise a d'ailleurs rendu disponibles des équipements de protection qu'elle avait en stock pour le personnel de la santé, en plus d'assurer la sécurité de ses employés et de ses sites de production.

Le Fonds et l'industrie forestière au Québec

Nos forêts sont une réelle richesse au Québec. Il en est de même pour l'épinette noire qui est le bois de structure le plus recherché par l'industrie du bâtiment en raison de ses propriétés mécaniques et environnementales. Symbole de la forêt boréale, cette espèce de conifère compte parmi les plus résistantes aux climats rudes et n'est présente qu’en Amérique du Nord.

Grâce à sa situation géographique avantageuse, le Québec est une véritable plaque tournante sur les marchés internationaux pour l'industrie des produits forestiers. Avec notre expertise en financement d'entreprise, notre connaissance approfondie des environnements d'affaires et nos moyens financiers, on accompagne financièrement les entreprises qui, par exemple, souhaitent fusionner, effectuer une acquisition ou un transfert, ou qui veulent mettre en place un plan de croissance ou des projets porteurs. Notre but est de contribuer à créer, à sauvegarder et à maintenir des emplois ici. D'autant plus dans une industrie aussi stratégique pour la province qu’est celle des produits forestiers.

Faire preuve d'audace

Alors que certains groupes s'étaient intéressés à une possible relance de l'usine à pâte kraft de Lebel-sur-Quévillon, ils ont tous fini par se désister. Selon Frédéric Verreault, pratiquement personne ne croyait au potentiel d'une relance couronnée de succès. Un projet estimé à 350 M$ pour cette usine fermée depuis 2005. Pourtant, Les Chantiers Chibougamau y ont cru, et le Fonds y a cru avec eux. Par l'entremise du Fonds Valorisation Bois, ce sont 25 M$ qui ont été investis dans le projet en 2019.

« Pour une entreprise familiale du Nord-du-Québec comme nous, c'était un gros morceau, avoue le directeur exécutif. Lorsqu'on s'est engagé là-dedans, plusieurs étaient dubitatifs face à notre potentiel succès. Le fait que les hauts dirigeants du Fonds soient à nos côtés, qu'ils croient au projet et qu'ils soient un partenaire dans cette aventure est venu recadrer le regard qu'avaient les gens sur cette idée audacieuse et sur nous. La présence du Fonds a établi la crédibilité du projet dans le marché. »

En ajoutant l'usine de pâte kraft Nordic Kraft à leur groupe, Les Chantiers Chibougamau ont décidément fait un grand pas de côté. Ils élargissent leur savoir-faire avec un tout nouveau métier, un nouveau secteur. Cela leur permet d'être encore plus robustes face aux défis à venir, en plus d'augmenter leurs revenus, leur taille et leurs solutions intégrées. Ils permettent aussi la réouverture de plus de 225 postes pour les travailleurs de la région.

Des pratiques écoresponsables et de développement durable

Les Chantiers Chibougamau valorisent les ressources de la forêt boréale au Québec avec des technologies de pointe dans la transformation du bois. Leurs produits sont reconnus et accrédités de la certification du Forest Stewardship Council® (FSC®).

Ils travaillent dans un respect des écosystèmes, de la biodiversité et des communautés. Ils favorisent l'équité entre les hommes et les femmes dans leurs opérations, ce qui représente un certain défi pour une entreprise manufacturière du domaine de la foresterie.

« Le produit qu'on fabrique est une excellente réponse aux changements climatiques, ajoute M. Verreault. On a des clients très intègres et engagés qui veulent avoir recours à nos produits, car ils permettent aux consommateurs et aux entreprises d'atteindre leurs objectifs de développement durable. »

D'ailleurs, en faisant la coupe du bois, ils récupèrent les copeaux pour en faire des emballages, des papiers hygiéniques et des tissus. Une belle manière de maximiser les ressources.

Il est certain que la crise de la COVID-19 amène son lot de répercussions dans l'industrie forestière et pour l'entreprise du Nord-du-Québec, mais Frédéric Verreault est confiant : « On est devant beaucoup d'inconnu, mais on a une certaine assurance grâce à la résilience de notre entreprise, à la diversité de nos produits et à la diversité des clients que l'on dessert aussi. »

Les Chantiers Chibougamau ont créé un réseau solide et complémentaire qu'ils s'efforcent d'optimiser et de consolider chaque jour. Or, c'est aussi dans leur ADN d'avoir des projets de croissance et des idées de grandeur! Et le Fonds a pu les accompagner durant toutes ces années à titre de partenaire, grâce à ses épargnants.

Cet article a-t-il été utile ?