Vers une planète plus propre


C’est désormais une réalité, pour lutter contre les réchauffements climatiques, la société doit amorcer une transition  vers les énergies moins polluantes. 

 

Des changements indispensables qu’il faut entreprendre dès aujourd’hui, tout en s’assurant de tenir compte des impacts humains et socio-économiques, au premier rang desquels l’emploi.

 

C’est à cette double responsabilité que le Fonds entend faire face, pour que s’opère, au Québec, une transition énergétique juste.

Voici les quatre volets de notre plan :


Réduire de 25% l’empreinte carbone des titres publics détenus par le Fonds d’ici 2025, et initier la mesure des titres privés dans nos investissements dès 2019.

« Le Fonds ne financera aucun projet d’exploration ou d’exploitation des hydrocarbures au Québec. »

Fidèle à notre mission, nous accompagnerons les entreprises amenées à composer avec les risques et les occasions d’affaires liés à la transition énergétique, avec une préoccupation particulière pour les emplois : formation des professionnels, promotion des programmes gouvernementaux, solutions de compensation carbone.

L’adoption grandissante des énergies propres créera des occasions d’investissements que nous entendons saisir, tout en contribuant à une transition énergétique juste pour tous : nouvelles technologies, optimisation des transports, efficacité énergétique, etc.

Au Québec, le Fonds compte parmi les acteurs les mieux placés pour promouvoir une transition énergétique juste. C’est pourquoi nous prenons dès aujourd’hui des engagements clairs.

Que ce soit sur la question des hydrocarbures, la consommation d’énergie et des ressources, les transports ou la compensation carbone, nous nous engageons à mesurer et à publier annuellement nos cibles de réductions des GES, et les résultats atteints.

Nous agirons sur nos investissements, nous soutiendrons la recherche, nous engagerons le dialogue avec les entreprises d’ici, et nous participerons activement à tout ce qui concerne la lutte contre les changements climatiques, tant au Québec qu’à l’international (COP, PRI, etc.)