Fonds de solidarité FTQ

L’épargne positive

​Une journée épique à Bali pour 20 $

Nous avons lancé le défi à Guillaume Sans Destination de passer une journée à Bali avec seulement 20$. L'instant d'une balade en mobilette vers une maison hantée, découvrez avec lui ce paradis d'Asie.

Les premiers rayons de soleil se faufilent discrètement entre les épais rideaux fleuris pour venir terminer leur course céleste dans mon visage. La chaleur me tire progressivement de mes rêveries chevaleresques et je m’assois tranquillement sur le bord du lit en me projetant les exotiques images de l’exquise journée qui m’attend. Ce matin, mon corps émane la joie de vivre et c’est étrange, car j’ai l’impression de pouvoir physiquement sentir le bonheur en moi. Une journée réussie, pour moi, est un cocktail d’émerveillement, d’adrénaline et de rires partagés en bonne compagnie. Hâte de voir ce qu’aujourd’hui me réserve, car en voyage on ne sait jamais à quoi s’attendre. Dans mon déséquilibre matinal, je me lève maladroitement, me dirige vers la fenêtre et je prends un rideau dans chaque main en ouvrant les bras dans un grand coup théâtral. La pièce est inondée de lumière, mes yeux s’habituent lentement et j’ouvre la porte qui mène sur le balcon pour m’abreuver d’un grand bol d’air pur. Quel paysage sublime ! Certains arbres que je ne connais pas, des fleurs aux mille couleurs, des têtes de palmiers qui s’élèvent vers le ciel en s’imposant devant les curieux oiseaux qui valsent en chantonnant.

Wow, je suis finalement à Bali.

Bing !

Tiens, un courriel.

Je me dirige vers mon ordinateur et j’ouvre le dernier arrivé. Dire qu’autrefois c’était des pigeons voyageurs.

Bonjour Guillaume,

Le Fonds de solidarité FTQ te lance le défi de voir tout ce que tu peux faire aujourd’hui avec la modique somme de 20 $.

20 $ hein ? Défi accepté.

Un des plaisirs du voyage ? Pouvoir s’habiller de la même façon que la veille. Les règles conventionnelles ne s’appliquent pas ici et ça, c’est très apprécié. En deux temps trois mouvements, j’avale les cent mètres qui me séparent de mon déjeuner. Je meurs de faim.

Deux œufs, du riz, un petit bol de fruits et un café pour 3,50 $.

En Asie, on ne sait jamais à quel type de café s’attendre. Selon l’endroit, parfois c’est excellent et fait selon les règles de l’art, d’autres fois c’est un petit sachet plastifié écrit « 3 en 1 » sur le dessus. Un « 3 en 1 », c’est un mélange de café instantané, de sucre et de crème en poudre. Vous vous imaginez le goût...

Ah, tiens, ce matin, c’est un vrai café ! Ouf ! Voilà qui démarre bien ma journée.

En dégustant le tout, je rassemble mes idées et prépare un plan de match. J’aurai beaucoup de kilomètres à parcourir aujourd’hui et j’ai besoin d’un moyen de transport pour être indépendant dans mes mouvements. Je termine ma tasse de café d’un trait et me déplace au coin de la rue, l’endroit avec l’enseigne tombée sur le côté.

« Les jolies locations de Lucy ».

Je pénètre sous un petit toit de plastique et me dirige vers une cour intérieure où il y a un véritable buffet de mobylettes usagées.

Je réveille un monsieur endormi qui n’a point l’air d’une Lucy.

– Combien ça coûte une mobylette pour une journée ?

– 5 $ ! Qu’il marmonne, dans un anglais approximatif.

Excellent. Ici, pas besoin de signer plusieurs contrats, il me demande simplement mon permis de conduire.

Ah non ! Je l’ai oublié à l’hôtel, mais dans un éclair je sors ma carte d’assurance maladie et la présente au monsieur balinais. Il est impressionné par le coucher de soleil sur la carte, me serre la main et me salue !

J’aime définitivement Bali.

​Une journée épique à Bali pour 20 $

J’enfourche ma monture motorisée et décampe vers le nord. J’adore ces petits moments qui ont beaucoup de valeur. Le soleil est déjà haut dans le ciel, je file entre les rizières verdoyantes, le paysage et la vie me fendent le sourire jusqu’aux oreilles. Le vent chaud me siffle une douce mélodie et je l’accompagne à coups d’« Emmenez-moi » de Charles Aznavour. Il fait bon vivre et je me trouve épicé d’émerveillement, mais l’aiguille d’essence me rappelle à l’ordre. La vie fait bien les choses et je déniche rapidement une petite hutte avec plusieurs bouteilles de verre remplies de liquide jaune et bleu.

Une station d’essence, style asiatique.

Histoire de faire d’une pierre deux coups, le même commerçant souriant m’offre un succulent « nasi goreng », genre de riz frit aux légumes. Je m’assois sur un petit banc en plastique de couleur rouge et discute de la pluie et du beau temps avec mon nouvel ami.

Comment discute-t-on de la pluie et du beau temps avec un Balinais qui ne parle pas anglais ? Avec beaucoup de gestes de main, énormément de bruits incongrus et bien certainement quelques rires ici et là.

Le rire est un langage universel !

​Une journée épique à Bali pour 20 $

4 $, le plein est fait, en essence et en gastronomie locale. Je reprends d’assaut le bitume craquelé et la terre battue. Les kilomètres défilent et je m’arrête finalement devant mon objectif. Une chaîne et du barbelé me coupent le passage. Mon cœur s’emballe.

Un gardien de sécurité sur le côté me fait signe que l’endroit a fermé ses portes dans les années 1990 et n’a jamais été rouvert depuis. Par contre, en Asie, il m’indique qu’il y a toujours « moyen de moyenner ». Je souris.

5 $ plus tard, la chaîne et le barbelé tombaient à mes pieds et l’adrénaline commençait à circuler dans mes veines.

​Une journée épique à Bali pour 20 $

L’hôtel hanté de Bali.

Il y a plusieurs légendes intrigantes circulant sur l’endroit et je veux contempler le tout de mes propres yeux. L’hôtel est immense et mystérieux.

J’entre dans la pénombre. L’excitation s’empare de moi.

Je descends dans le sous-sol, explore pièce par pièce à la lueur de ma lampe-torche. J’ai peur, mais je souris. Le seul bruit qui déchire le silence est mon cœur qui bat la chamade. Des chaises, quelques traces de pas. Je me dis que je vis pour ce genre de truc. J’arrive sur l’esplanade de l’hôtel et je contemple la vallée au loin qui perce l’épais voile nuageux qui enveloppe l’endroit. Le moment est mystique et l’astre céleste commence son incessante descente.

Ça va être tout un coucher de soleil que je me dis.

Utilisant cet argument de poids, je me convaincs qu’il vaut mieux reprendre la route avant que la nuit tombe.

Honnêtement, pas question de me retrouver dans un hôtel hanté pendant la nuit. C’est bien l’adrénaline, mais j’en ai pour mon compte ! Même pas peur !

​Une journée épique à Bali pour 20 $

Je prends mon téléphone et j’envoie un message texte.

Une heure plus tard, je suis assis au bar près de la mer, admirant la beauté devant moi.

Cette beauté n’a pas de nom, mais beaucoup de couleurs. Une fusion d’orangé et de rose, l’océan est littéralement en feu.

On me tape sur l’épaule en m’offrant un verre à 2,50 $.

Je souris en donnant deux becs. Au Québec on donne deux becs.

– Chin-Chin !

– Qu’as-tu fait Guillaume aujourd’hui ?

– Aujourd’hui ?

Je souris.

– Aujourd’hui, ç’a été une bonne journée, j’ai été émerveillé, j’ai goûté à l’adrénaline de la fébrilité et j’ai partagé mon bonheur en bonne compagnie !

​Une journée épique à Bali pour 20 $

Tout ça pour 20 $ !

Vive les voyages !

Pour d’autres idées épiques et drôles pour savoir comment dépenser un billet de 20 $, je vous invite à visiter le site Épargne Positive du Fonds de solidarité FTQ, sous l’onglet 20 $.

À plus !

Guillaume

20$ Style de vie