Table des matières Accueil
notre impact social

Un investisseur
socialement responsable
depuis 1983

Dès sa création, le Fonds de solidarité FTQ était un investisseur socialement responsable inscrit dans une démarche de développement durable. Voici, très sommairement résumé en trois grandes étapes, le chemin que le Fonds a parcouru au cours des 30 dernières années.

1. Enracinement de notre ADN syndical (1983 à 2000)

La Loi constitutive du Fonds de solidarité FTQ : l’importance que le Fonds accorde à l’emploi et au développement économique, à la formation économique des travailleurs et à la participation des travailleurs au développement des entreprises y est inscrite. Pour plus de détails sur la loi du Fonds :

fondsftq.com/centre-documentation

Le développement local : les fonds locaux de solidarité (FLS), créés en 1991, et les Fonds régionaux de solidarité (FRS), créés en 1995, constituent un réseau d’investissement près des communautés, qui permet aux gens du milieu de participer aux décisions d’investissement et, dans le cas des FLS, qui offre du microcrédit entrepreneurial.

Des outils appropriés : à partir de 1983, le Fonds s’est doté d’outils performants pour mesurer les risques et les impacts sociaux et économiques de ses investissements :

  • le bilan social : ce bilan est effectué avant chaque investissement dans une entreprise partenaire potentielle. Il a pour but l’analyse des aspects extrafinanciers de ces entreprises, tels le management, la gestion des ressources humaines, les questions liées à la santé et à la sécurité au travail ou encore la place de l’entreprise dans la communauté où elle est installée ;
  • le bilan « de sortie » : soucieux de l’impact de ses investissements dans les communautés où il est engagé, le Fonds fait preuve d’une grande transparence, en effectuant, en plus du bilan social, un bilan « de sortie », afin de bien évaluer les conséquences socioéconomiques que pourraient entraîner ses désinvestissements ;
  • la formation économique (voir La formation économique, une valeur fondamentale) ;
  • le processus de vérification diligente : il s’agit du processus traditionnel effectué avant tout investissement et qui permet d’évaluer si une entreprise offrira un rendement satisfaisant dans l’avenir. Ce processus mène à une bonne compréhension des opérations de l’entreprise, de sa situation financière, de ses forces et des défis qu’elle a à relever dans son environnement économique et financier ;
  • la politique d’investissement : en plus du bilan social et de la vérification diligente, le Fonds a une politique d’investissement qui énonce les principes généraux et les lignes directrices qui guident ses investissements. L’ensemble des enjeux liés au contexte social, économique et environnemental y sont établis. Cette politique est régulièrement actualisée, notamment pour que les aspects liés au développement durable et à la responsabilité sociale des entreprises soient bien intégrés.

2. Répondre à des besoins spécifiques (2001 à 2008)

Adoption du Code de conduite à l’international. Adopté il y a plusieurs années, dans la foulée de la mondialisation, le Code de conduite à l’international a été révisé au cours du dernier exercice. Ce code est appliqué à des entreprises partenaires du Fonds qui ont des activités ailleurs qu’au Canada, généralement dans des pays émergents, et à leurs fournisseurs. Il permet de bien encadrer les activités du Fonds en fonction, notamment, du respect des principes contenus dans le Pacte mondial des Nations unies.

fondsftq.com/code-international

Élaboration des Principes directeurs en matière d’exercice du droit de vote. En tant qu’actionnaire de centaines d’entreprises cotées en Bourse, le Fonds de solidarité FTQ veut exercer ses « droits de propriété » pour contribuer à amener ces entreprises d’une part à adopter des pratiques de gouvernance plus modernes et plus respectueuses de leurs actionnaires et de leurs parties prenantes et, d’autre part, à mettre en place des mesures qui leur permettent de devenir de meilleurs citoyens corporatifs. C’est ainsi que le Fonds a adopté il y a plusieurs années une série d’orientations pour les votes qu’il enregistre en tant qu’actionnaire de sociétés cotées. Ces orientations ont encore été revues lors du dernier exercice dans un processus d’amélioration continue.

fondsftq.com/vote-entreprises

3. Penser globalement, agir localement (2009 à 2013)

En 2009

  • Création d’un Comité interne plurisectoriel de développement durable et investissement socialement responsable qui guide et accompagne les différents secteurs d’opération du Fonds.
  • Adhésion à la Global Reporting Initiative (GRI), la référence incontournable en matière de divulgation des informations liées au développement durable et à l’investissement socialement responsable, et en fonction de laquelle le Fonds prépare son Rapport annuel et de développement durable.
  • Adhésion au Pacte mondial des Nations unies (voir l’Index GRI).

En 2011

  • Adhésion aux six Principes pour l’investissement responsable (PRI) établis par les Nations unies (voir Un réseau québécois d'investisseurs responsables).
  • Réalisation de projets liés aux préoccupations environnementales du Fonds : comité Vert composé d’employés du Fonds, certifications BOMA BESt et LEED EB pour le siège social, mesures visant à encourager le transport durable, politique d’achat responsable, etc.

En 2012-2013

  • Établissement de lignes directrices en matière de pratiques liées au développement durable et à la responsabilité sociale dans la gestion des projets miniers – Dans toutes leurs activités d’exploration, les sociétés minières dans lesquelles le Fonds investit doivent appliquer avec diligence des mesures techniquement éprouvées et économiquement réalisables pour protéger adéquatement l’environnement et assurer la sécurité et la santé de ses travailleurs (voir Les lignes directrices en bref).
  • Création du Comité Crédits carbone – Ce comité a pour mission, entre autres, d’exercer une veille législative et de marché pour nous permettre : de développer notre connaissance et notre expertise du secteur des crédits carbone ; de créer des outils pour améliorer les interventions des spécialistes du Fonds auprès de nos entreprises partenaires sur ce plan ; et de bien informer les employés du Fonds et de son réseau sur ce sujet.
  • Adhésion aux normes du Hedge Fund Standards Board (HFSB) – Le HFSB est un important organisme de normalisation du secteur des fonds de couverture. Ses normes, qui s’ajoutent aux règles déjà dictées par les politiques publiques, sont un mécanisme efficace pour la création d’un cadre en matière de transparence, d’intégrité et de bonne gouvernance. Le Fonds encourage les gestionnaires de cette classe d’actifs à appliquer ces principes de transparence.

hfsb.org