Table des matières Accueil
notre impact environnemental

L’énergie

L’édifice abritant le siège social du Fonds à Montréal tire son énergie surtout de l’électricité, puis du gaz naturel, du mazout et du propane. La part de l’énergie renouvelable par rapport à l’énergie totale consommée s’élève à 92 %, ce qui est exceptionnel.

La consommation totale d’énergie a augmenté de 4 % en 2012-2013 (24 106 GJ) par rapport à 2011-2012 (23 177 GJ), en partie à cause des températures plus froides au cours de l’hiver 2012-2013.

L’exercice 2011-2012 ayant été exceptionnel en ce qui a trait à la faible consommation d’énergie, il est préférable d’utiliser l’exercice 2010-2011 comme point de comparaison. Le tableau ci-dessus montre ainsi que les consommations de gaz naturel et d’électricité en 2012-2013 ont baissé respectivement de 37 % et de 7 % par rapport à 2010-2011. Cela a entraîné une réduction de la consommation totale d’énergie mesurée de 9 %, et de 8 % quand on tient compte des variations de la température extérieure (consommation ajustée).

En matière d’énergie, une autre façon d’évaluer la performance d’un édifice est la mesure de l’intensité énergétique moyenne, dont l’unité est l’équivalent kilowattheures par pied carré par année (ekWh/pi2/an), qui permet également de comparer les performances de différents édifices. Ainsi, le graphique ci-dessus indique que l’intensité énergétique du siège social du Fonds est inférieure à celle qui correspond au niveau BOMA le plus élevé, ce qui montre que le siège social du Fonds est un édifice très performant.

  1. La consommation d’énergie mesurée correspond à la quantité d’énergie réellement consommée au siège social, soit l’énergie qui a été facturée par les fournisseurs.

  2. La consommation d’énergie ajustée tient compte de la variation de la température extérieure d’une année à l’autre. Elle correspond à ce qu’aurait été la consommation d’énergie si la température avait parfaitement coïncidé avec la moyenne des températures de 1971 à 2000, moyenne qui constitue la référence à partir de laquelle les consommations d’énergie annuelles sont ajustées. Les écarts de température d’une année à l’autre sont annulés, puisque la consommation est établie à partir d’une même référence de température, et il est ainsi possible de déterminer si notre efficacité énergétique s’améliore.