Message du président du conseil d’administration

Robert Parizeau

Le Fonds de solidarité FTQ mérite notre confiance.

J’ai fait mon entrée au conseil d’administration du Fonds de solidarité FTQ dans la foulée des recommandations du comité spécial de gouvernance mis sur pied par le Fonds à la fin de 2013. À mon arrivée, j’ai découvert une organisation solide, intègre et gérée de manière professionnelle. Ma décision d’en accepter la présidence, qui n’a pas été prise à la légère, reposait donc sur un constat inébranlable : le Fonds est une organisation digne de confiance.

« Le Fonds de solidarité FTQ compte parmi les grandes institutions du Québec vouées au développement économique. »

Dès 2009, le Fonds de solidarité FTQ avait d’ailleurs entrepris d’améliorer sa gouvernance et de resserrer l’application de ses règles d’éthique. Il avait alors procédé aux changements requis avec diligence et dans les règles de l’art.

En février 2014, le Fonds a annoncé son intention de pousser plus loin la réforme de sa gouvernance. En quelques mois seulement, de nombreux gestes ont été posés et plusieurs nouvelles mesures ont été mises en place. Outre le fait que la présidence du conseil d’administration soit maintenant confiée à une personne indépendante du Fonds et de la FTQ, deux nouveaux comités ont été formés, soit le comité de gouvernance et d’éthique et le comité de ressources humaines. Le Fonds a également mis sur pied, avec la collaboration de la firme KPMG, une ligne éthique externe à l’intention de ses employés ; cette ligne permet de rapporter, de façon confidentielle et en bénéficiant de l’immunité nécessaire, des comportements qui ne seraient pas conformes aux lois en vigueur ou aux politiques du Fonds.

La mise en place de ces mesures a exigé la collaboration de toutes les instances du Fonds. Je souhaite remercier les membres du conseil d’administration pour leur travail et leur engagement exceptionnels. Je remercie plus particulièrement M. Daniel Boyer, qui a fait preuve de leadership et d’ouverture dans l’implantation de ces changements.

Je tiens également à dire merci aux employés du Fonds pour leur travail consciencieux ainsi qu’aux responsables locaux (RL) qui sont plus de 2 000 à militer dans leur milieu de travail pour faire connaître la mission économique et sociale du Fonds ; leur engagement constitue une force remarquable qui caractérise la nature même de notre institution.

Le Fonds de solidarité FTQ compte parmi les grandes institutions du Québec vouées au développement économique. Les entreprises québécoises ainsi que nos actionnaires-épargnants méritent que nous fassions tous les efforts nécessaires à son succès et à son développement. C’est donc avec fierté que j’entends accompagner le Fonds dans les prochaines étapes de la mise en place de sa nouvelle gouvernance.

Robert Parizeau
président du conseil d’administration