Entrevue du premier vice-président à l’actionnariat

Denis Leclerc

Des résultats historiques, le reflet de l'intérêt collectif.

Dans cette entrevue, M. Leclerc nous parle de la solidité du Fonds, de la confiance des actionnaires et de la solidarité comme valeur fondamentale de cette institution unique dont les résultats ont, cette année encore, été remarquables.

« Les contacts humains, directs et personnalisés que nous entretenons avec nos actionnaires sont à la base de notre réussite. »

La mission d’un investisseur socialement responsable comme le Fonds est double, et les impacts de ses activités en sont le reflet. Le Fonds investit bien sûr dans l’économie québécoise, mais les sommes qu’il investit sont celles que des milliers de Québécoises et de Québécois épargnent pour préparer leur retraite. Le Fonds incite non seulement des centaines de milliers de personnes qui n’auraient vraisemblablement pas contribué régulièrement à un autre REER à se préparer une meilleure retraite, mais il les amène ainsi à participer au développement économique du Québec. Aucun autre véhicule d’épargne-retraite individuelle ne permet de consacrer des sommes aussi importantes au financement des entreprises. On dit aujourd’hui que c’est de l’« investissement socialement responsable », mais, explique Denis Leclerc, premier vice-président à l’Actionnariat du Fonds, « à la création du Fonds, il y a 30 ans, c’était tout simplement… notre mission! »

Quel a été le résultat du dernier exercice en termes de souscriptions?
Les cotisations totales pour 2013-2014 ont été de 787 millions de dollars : c’est la troisième meilleure année de notre histoire! Le Fonds compte maintenant 613 958 actionnaires, des Québécoises et des Québécois qui nous ont renouvelé leur confiance ou nous ont choisi pour la première fois parce que le Fonds de solidarité FTQ est solide et fiable.

Pourtant, le Fonds a été très médiatisé en 2013-2014. Comment expliquez-vous que ce que nous appellerons « la crise médiatique » ait eu si peu d’impact sur la campagne REER?
L’impact sur la campagne REER a été minime, c’est vrai : moins de 2 % des appels que le Service aux actionnaires a reçus durant cette période étaient liés à la crise médiatique. Nos actionnaires et les Québécois ont su faire la part des choses. Le Fonds de solidarité FTQ est une institution près des gens, et nous avons tissé, depuis 30 ans, des liens solides avec nos actionnaires. Les contacts humains, directs et personnalisés que nous entretenons avec nos actionnaires sont à la base de notre réussite.

La mobilisation de nos employés et de notre réseau de responsables locales et de responsables locaux (nos RL) a joué un rôle essentiel dans le succès de la dernière année. Nous avons fait 75 % plus d’appels aux actionnaires, pour nous assurer de leur fidélité au Fonds. Nos RL ont multiplié les activités dans leurs milieux de travail pour expliquer aux gens que le REER du Fonds reste un des véhicules d’épargne-retraite les plus avantageux pour eux, surtout quand ils choisissent le mode d’épargne systématique.

Les épargnants québécois auront-ils encore droit au crédit d’impôt de 30 % en 2014?
Certainement ! L’élimination par le gouvernement fédéral du crédit d’impôt ne prévoit une baisse du crédit d’impôt que pour l’année d’imposition 2015. Et nous poursuivons nos efforts pour convaincre le gouvernement canadien de revenir sur sa décision. Les partis de l’opposition, à Ottawa, ont pour leur part compris l’importance de l’impact du Fonds – des souscriptions à son REER et de ses investissements – sur l’économie du Québec.

L’émission des actions du Fonds est plafonnée à 650 millions de dollars pour un an. Quel impact cela aura-t-il?

Effectivement, dans son budget 2014-2015, le gouvernement du Québec a annoncé une limite de 650 millions de dollars à l’émission d’actions du Fonds donnant droit au crédit d’impôt pour l’année financière qui se terminera le 31 mai 2015. Mais que les actionnaires soient rassurés : cette limite n’aura aucun effet sur la valeur de l’action ou sur le rendement du Fonds, ni sur la capacité du Fonds de racheter des actions.

Pour se prémunir contre cette limite et ainsi être sûrs de pouvoir acheter des actions et profiter pleinement des crédits d’impôt liés au REER du Fonds, les Québécois qui contribuent en général par montants forfaitaires peuvent s’inscrire dès maintenant à l’épargne systématique, c’est-à-dire cotiser par retenues sur le salaire ou par prélèvements bancaires automatiques. Puisque le Fonds s’assurera de recueillir sans interruption les souscriptions faites de ces deux façons, les actionnaires qui contribuent ainsi ne seront pas touchés par la limite imposée par le gouvernement.

Avez-vous amélioré les mécanismes de rachat d’actions au cours du dernier exercice?
Nous améliorons continuellement notre politique d’achat de gré à gré. Mais il faut rappeler que nous ne pouvons pas modifier cette politique comme bon nous semble : nous devons respecter la réglementation du ministère des Finances du Québec en matière de rachats d’actions.

Le Fonds rachète les actions de ses actionnaires à des étapes importantes de leur vie, mis à part la retraite : pour l’achat d’une maison ou un retour aux études, par exemple. C’est aussi le cas dans des moments difficiles, comme la perte d’un emploi ou l’invalidité. Au cours du dernier exercice, sous le critère « Sinistre portant sur la résidence principale », le Fonds a ajouté les dommages causés à la résidence par la pyrrhotite (un minéral qui, au contact de l’air et de l’humidité, gonfle et fait fissurer le béton) ; les actionnaires peuvent maintenant se prévaloir de cette possibilité.

Le REER du Fonds est-il toujours disponible partout au Québec?
Oui, partout ! Pendant les campagnes REER, nous avons de nombreux points de service partout au Québec. Les gens souscrivent également de plus en plus grâce à notre site Internet ; ils peuvent même le faire à partir d’une plateforme mobile! La retenue sur le salaire ou les prélèvements bancaires automatiques sont toujours aussi populaires et, pour ceux qui s’y prennent tard pendant les campagnes, la souscription par montant forfaitaire reste également intéressante.